Rodolphe

Facebooktwitter

Peux-tu te présenter en quelques mots ?

40 ans, marié et 3 enfants, je suis le doyen de l’équipe, et comme je commence à me dégarnir, j’aime bien porter un chapeau … A part ça, je suis adepte du bricolage, du jardinage et des jeux de mots en tout genres, amateur de Blues-Rock et modeste guitariste.

Comment as-tu découvert l’improvisation théâtrale ?

Lorsque j’étais étudiant à Besançon, la ligue locale faisait régulièrement des matches et spectacles d’impro, et j’ai fini par les rejoindre l’année suivante, pour mon plus grand plaisir.

Qu’aimes-tu dans le théâtre d’improvisation ?

La Liberté. C’est magique de pouvoir (presque) tout faire, tout dire, tout imaginer, et d’être tour à tour un bébé ou une petite vieille, une chaussette dans un tambour de machine à laver ou un cactus dans un western …

 

Aimes-tu monter sur scène ? Pourquoi ?

J’aime monter sur scène car, s’il faut vaincre son appréhension et oublier le jugement des autres, c’est un aboutissement de nos entraînements, et l’on se sent porté par le public. C’est toujours une satisfaction d’entendre une salle rire ou simplement réagir.

Racontes-nous une improvisation que tu as joué et qui t’a marqué

Une improvisation très fatigante : l’évasion d’un mollusque, collé à la vitre d’un aquarium, et qui doit traverser toute la largeur de la scène en 3 minutes. Aucun dialogue, juste un jeu de mime au ralenti, mais qui reçut un certain succès. Cela m’a rappelé qu’il n’est pas toujours nécessaire de beaucoup parler pour bien jouer …

Quand tu rencontres quelqu’un et que tu lui dis que tu fais de l’impro, comment lui expliques-tu la discipline ?

Je lui dis de venir nous voir à l’un de nos spectacles avec la garantie qu’il rira ! Sinon, j’explique surtout le besoin de bien écouter pour savoir rebondir sur ce qu’apporte les autres, et sur la richesse des histoires qui en résulte.

Ce qui te plaît le moins en impro ? Le plus ?

Ce que j’aime le moins : certaines catégories d’impro que j’ai du mal à suivre, comme le debout-assis-couché-accroupi (vu mon grand âge : je l’ai dit avant que vous ne le disiez !)
Ce que j’aime le plus : lorsqu’une improvisation se développe bien, que tous les joueurs adhèrent à fond et que l’histoire nous emmène dans les mondes les plus fous.

Qu’est-ce que t’apporte l’improvisation au quotidien ?

Cela m’apporte une meilleure aisance verbale, notamment en milieu professionnel

Un dernier mot ?

Mot (on vous l’avait déjà faite, sans doute ?)

Facebooktwitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *